Enseignant

Armel LIGER

Professeur Émérite

Joint Head of the Master of Business Administration
Delegate Director of the Franco-Japanese Centre of Management
Past Director of the Graduate School of Business Administration

Teaching and Research: political, legal and tax organizations

 Laboratoire de recherche : UMR CNRS n° 6262
  • politique juridique et fiscale des organisations
 Enseignements principaux
    • Licence en Sciences de Gestion et Master I « Fiscalité de l’Entreprise »
    • Master Administration des Entreprises (MAE) : « Environnement Fiscal de l’Entreprise »
    • Master Finance Analyse et Stratégie Financière : « Optimisation Fiscale »
    • Master Comptabilité – Contrôle – Audit : « Optimisation Fiscale »
    • Ecole Supérieure d’Electricité (SUPELEC) : 2ème année Droit de l’entreprise
    • Interventions dans le Service de Formation Continue de l’Université de Rennes 1
    • Licence en Sciences de Gestion, Master I « Environnement fiscal de l’entreprise » Formation continue
    • Master Administration des Entreprises (MAE) « Stratégie fiscale » Formation Continue
    • Master Comptabilité Contrôle Audit : « Optimisation Fiscale » Formation Continue
    • Intervention au Maroc à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, et en Tunisie.
Autres responsabilités pédagogiques
  • Encadrement de nombreux travaux de fin d’études et de stages au sein de ces différentes formations.
Rayonnement scientifique

Projets scientifiques

  • Une première approche micro-économique correspond à la soutenance de mes deux thèses dans lesquelles j’étudiais l’incidence de la fiscalité sur la gestion des entreprises, soit les grandes entreprises internationales (doctorat en économie et administration des entreprises 1978) soit les petites et moyennes entreprises (doctorat d’état en sciences de gestion 1987)
  • Une seconde approche macro-économique me permet d’étudier l’impact de la fiscalité et plus généralement l’impact de l’environnement juridique sur la mondialisation de l’économie. La fiscalité, outil de développement et de compétitivité économique, joue un rôle important dans les évolutions économiques, caractérisées dans l’espace par la mondialisation et liées dans le temps à cette révolution technologique de la fin du 20ème siècle. Ces transformations économiques ne peuvent être couronnées de succès que s’il y a un support juridique permettant de les réguler. La crise économique et financière récente démontre ainsi la nécessaire régulation des marchés financiers. Mais la difficulté résulte du décalage existant entre l’internationalisation de ces activités et l’émergence d’un droit international, voire même européen, permettant le nécessaire passage d’un droit réglementation à un droit régulation.
  •  Cette difficulté a bien entendu un impact sur la gouvernance des entreprises et la prééminence d’un droit « anglo-américain » (de par la primauté de la langue anglaise et de l’économie américaine) au détriment d’un droit « romano-germaniste » (le droit français par exemple) dénommé droit continental.

Associations

  • Membre de l’association FORDE, Cette association a pour objectif de soutenir la création, la gestion, l’animation et le rayonnement du fond rennais de la doctrine de l’entreprise, fond consacré aux travaux et réalisations traduisant la doctrine de l’entreprise et ses apports aux sciences et techniques de gestion et plus particulièrement mais non exclusivement produits par l’Ecole de Rennes. Elle a pour objectif également de fédérer les efforts de tous ceux qui, en France ou à l’étranger, notamment dans le monde francophone se reconnaissent dans l’approche pluridisciplinaire de la doctrine de l’entreprise.
  • Membre de Novincie, association loi 1901 créée en juillet 2006 : elle a pour objet de répondre aux trois questions suivantes : Comment rendre compte des mutations de l’environnement économique, social, du progrès technologique pour que les entreprises en tirent profit ? Comment sensibiliser les entreprises pour activer leur pratique d’innovation et d’intelligence économique ? Comment poser la question de la formation des dirigeants et cadres sur ces axes qui ne sont pas par essence mobilisateurs ?
  • Membre de Droit et stratégie, association créée en 1995 en partenariat avec l’Ordre des Avocats, le Centre de Formation des Avocats, le Centre des Jeunes Dirigeants et l’Union des Entreprises d’Ille et Vilaine par et pour les chefs d’entreprise. Elle a pour objectif la promotion du droit en tant qu’outil au service de la stratégie d’entreprise. Elle traite de façon simple et pratique, des principaux domaines de la vie de l’entreprise dans lesquels le droit joue un rôle stratégique. A l’origine de la création de cette association, je suis actuellement vice- président, après en avoir assuré la présidence de 2005 à 2007.
  • Membre de l’ASMEP-ETI,  avec l’Europe et la mondialisation, la France se trouve confrontée à de nombreux défis économiques et sociaux qu’elle se doit de remporter. Les MEP (Moyennes Entreprises Patrimoniales), les ETI (Entreprises à taille intermédiaire) représentent une importance et des valeurs spécifiques primordiales pour l’avenir de notre pays lesquelles ont été longtemps ignorées ou sous-estimées. Ces entreprises constituent le maillage économique et social essentiel de la France. Elles affirment la primauté de l’homme dans la société, la liberté d’entreprendre, le projet simultanément humain et économique de l’entreprise, le respect d’une éthique forte de l’entreprise et celui de l’intérêt général. L’ASMEP porte une attention particulière à l’Université et aux grandes Ecoles. Optimiser les connaissances sur les entreprises patrimoniales, améliorer les compétences des collaborateurs, des conseils et des experts, représente la double vocation de la liaison ASMEP Université Grande Ecole.
  • Membre de l’Association Internationale de Droit Economique, cette association a pour objet de combler une lacune en créant un instrument de recherche et d’information au plus haut niveau interdisciplinaire et international. Elle est interdisciplinaire par le pluralisme des approches théoriques et pratiques, lieu de rencontre entre économistes et juristes, entre publicistes et privatistes, entre chercheurs et praticiens. Elle est  internationale par un large recours à la méthode comparative qui fournit une documentation et un commentaire des particularités des différents systèmes de droit économique à l’échelle mondiale. L’AIDE est aussi un instrument de travail à la disposition des praticiens du droit économique.


Enseignants du même domaine